Articles Spirou

Le Magnétoporteur existe…











Voici un article de Charles Jadoul du
journal Spirou N°1786, qui date du 6 juillet
1972.



La réalité court de plus en plus sur
les talons de la science-fiction. Toutes les
prévisions d’un Jules Verne sont aujourd’hui dépassées.
L’étrane et merveilleuse machine imaginée par
Roger


Leloup pour transporter Yoko Tsuno et
ses amis dans les entrailles de la Terre vous a sans doute fait rêver… et
pourtant… la réalité dépasse décidément la fiction ! Jugez-en
!


tmpFA-1.jpg


 


tmpFA-2.jpg




TOUT change, tout bouge. Le progrès a le mors aux dents- Pourtant,
tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes techniques. Prenez
l’automobile. Elle est devenue un fléau dans noire monde occidental Elle pollue
l’air, fait infiniment plus de victimes à elle seule que tous les autres moyens
de transport réunis et elle coule cher. Non seulement a ceux qui l’acquièrent et
la font rouler, mais au Trésor public, contraint l’entretenir un réseau routier
pléthorique et de construire en toute hâte des .kilomètres d’autoroutes qui,
aussitôt achevées, sont déjà insuffisantes. Nos villes sont éventrées,
défigurées par les voies de pénétration rapide et les parkings monstrueux. Les
citadins étouffent. Chaque jour, d’énormes embouteillages bloquent les usagers
des heures de pointe. El pourtant, il y a chaque jour davantage de voitures en
circulation. A l’heure ou presque tout le monde est motorisé, il n’est plus rare
de voir des ménages possédant deux, voire trois voitures. Le temps viendra — et
plus tôt que d’aucuns le pensent — où tout le système routier sera bloqué. Où
toute circulation sera impossible…




AUTOROUTES urbaines, zones bleues, parkings de dissuasion, sens
uniques et limitations de vitesse ne sont que des palliatifs. Il n’exista qu’un
moyen, un seul, d’éviter embolie du réseau routier : la suppression de la
voiture particulière et le retour à l’utilisation généralisée des transports en
commun. Cela, il y a longtemps que les experts le savent. El savent qu’il
faudra, un jour, s’y décider.

De leur côté, les industriels ne restent pas inactifs. Tandis que
tes ingénieurs s’évertuent à rendre la voiture de plus en plus perfectionnée et
bon marché, d’autres bureaux d’études se penchent sur ce que sera le véhicule de
demain. L’aviation n’est pas la seule à avoir confie un développement
spectaculaire, lent dans le perfectionnement des appareils que dans
l’accroissement du trafic Les chemins de fer, qui finiraient en décadence,
semblent reprendre du poil de la bête grâce aux rapides confortables et à
diverses innovations, comme l’Aéro-train et le Turbo-train La puissance de
traction actuelle est telle qu’on ne pense plus en taux de pente, mais en rayon
de courbe. Alors qu’on n’a pas cesse de supprimer des lignes depuis la guerre,
voilà qu’on se met a en créer de nouvelles, comme Paris-Lyon, par exemple. C’est
bon signe.

Beaucoup de villes creusent des réseaux métropolitains; celles qui
en possédaient déjà — souvent depuis le siècle dernier — modernisent leur
matériel et créent de nouvelles lignes…



Un compromis.


Tous ces progrès, aussi spectaculaires soient-ils, ne réussissent
pas — et ne réussiront pas — à résorber un trafic automobile qui s’enfle de plus
en plus démesurément et court vers sa propre perte pour cause de
prolifération

II existera toujours, certes, des véhicules particuliers. Médecins,
dépanneurs en tous genres, pompiers, ambulanciers, policiers et informateurs —
pour ne citer que ceux-là — devront par définition conserver leur liberté de
circulation On peut par contre prévoir la suppression des transports routiers
aux longs cours et, parallèlement, la subsistance d’un indispensable et
important service local de distribution de marchandises II est possible que
certains produits soient d’ailleurs bientôt acheminés par transporteurs à bandes
roulantes, par circuits pneumatiques ou par de vulgaires conduites. On peut
aisément imaginer que toute la distribution des hydrocarbures se fasse à l’aide
d’oléoducs se ramifiant en conduites particulières. On le fait bien pour le gaz
et pour l’eau.

Reste l’usage privé, qui sera tôt ou tard débarrassé de sa voiture
personnelle, qu’il soit représentant, travailleur allant et revenant de son lieu
d’occupation, ou simple promeneur du dimanche. Qu’il se rassure, on pense à
lui.

Il bénéficiera tout d’abord — et dans un temps pas très lointain de
puissants moyens de communication à côté desquels l’unique système actuellement
répandu, le téléphone, semblera tout à coup préhistorique Grâce au
vidéo-téléphone, de nombreuses professions pour lesquelles un contact visuel est
nécessaire, deviendront sédentaires, ou presque. La plupart des représentants
pourront travailler à domicile ou au siège de l’entreprise. Grâce au terminal
d’ordinateur, la plupart des démarches si nombreuses de la vie courante pourront
se faire d’un fauteuil. Plus besoin de passer à la banque, au bureau des
contributions, au centre d’achats. Du moins, plus aussi souvent. L’ère du
pousse-bouton se dessine et révolutionnera noire vie beaucoup plus tôt que nous
le pensons.

N’empêche qu’il faudra toujours se déplacer. La grande majorité des
automobilistes d’aujourd’hui sera t elle condamnée à utiliser exclusivement les
transports en commun… ou les taxis? II semble que non. Car quelles que soient
les améliorations que connaîtront les réseau” publics, ils n’auront jamais ni la
fréquence ou la souplesse voulues pour répondre à tous les besoins. La solution
de l’avenir doit prévoir un compromis entre le véhicule individuel que nous
connaissons — et dont la plupart des utilisateurs ne se servent qu’une heure ou
deux par jour en moyenne, et souvent même beaucoup moins
— et la facilité des
déplacements individuels.

Voici un article de Charles Jadoul du journal Spirou N°1786, qui date du 6 juillet 1972.

Pages : 1 2 3

C'est Moi

Un commentaire

  • Hallberg

    Le système MBB, destiné à la réalisation de courtes lignes urbaines ou suburbaines, de type ville-aéroport notamment, a connu une application sous la forme d’une ligne expérimentale, à Berlin, sur la Potsdamer Platz dans les années 1980, à l’époque où cet endroit était un vaste terrain vague. de nos jours, la reconstruction totale du quartier en a effacé toutes les traces visibles.

    En Allemagne, comme je l’ai signalé dans le forum, un autre train magnétique, le Transrapid, est toujours en essais actuellement malgré l’abandon du projet de la ligne Berlin-Hambourg, et du coup, je vous promets quelques photos de la campagne d’essais actuelle et un petit article sur la question!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *